Paul Lay Trio

16 février 2020 à 12h00 - 3462 vues
Télécharger le podcast

JAZZ CORNER, lundi et jeudi à 13h et 18h. Chronique animée par Serge Mariani ou Louise Hodé sur l'actualité jazz : concert à ne pas manquer, album à écouter au plus vite et des artistes à découvrir. Cette semaine, Serge nous parle de Paul Lay Trio à l'occasion de son concert le 6 février dernier à la nouvelle salle de concert le 360 Paris Music Factory.

Aussi profonde que soit une rivière, elle doit avoir un fond, fût-il de sable comme pour renforcer l’image que nous avons, depuis des millénaires, du temps qui passe et qui jamais, quoi que nous en pensions, jamais ne se répète. On ne plonge jamais deux fois dans le même fleuve, disait un penseur antique, un certain Héraclite... Alors se pourrait-il que l’on plongeât dans la même musique, 100 ans plus tard ou davantage ? Quand Paul Lay, pour beaucoup le plus brillant pianiste de sa génération, s’est lancé dans le projet de l’album Deep Rivers, s’attendait-il à revivre un temps lointain, le temps dont viendrait la musique qu’il allait jouer et les mots qu’Isabel Sörling allait chanter ?... Allait-il s’en inspirer pour une création originale ou en devenir comme un légataire, au plus près du sens que ses premiers interprètes lui donnaient ? Cette musique, celle de l’album Deep Rivers, (label Laborie Jazz), était programmée au 13ème Festival Au Fil Des Voix et il en parle entouré des deux autres éléments du trio, Isabel Sörling, donc, et Simon Tailleu, contrebassiste, au micro de Serge Mariani pour un Jazz Corner exceptionnel sur Art District radio.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article